Rechercher

Lancement de la marque de fabrique jeunesse

Table ronde 1 : Pourquoi les MJC sont-elles des lieux propices aux démarches en direction des jeunes ?

Les actions et démarches en direction de la jeunesse sont au cœur du projet des MJC. Elles reposent sur une pluralité d’interventions. Elles s’incarnent dans le champ des pratiques culturelles, sportives, de loisirs, dans les projets de mobilité en Europe ou à l’international, l’animation périscolaire, l’accueils ados…

En 2014, 150 acteurs de la jeunesse en MJC s’étaient réunis à Vitrolles pour identifier les conditions à réunir pour qu’un projet jeunesse rencontre les attente de la politique jeunesse de la MJC, repérer les processus permettant de faire des pratiques culturelles amateur un levier de l’action jeunesse et développer une posture d’animation facilitant la participation des jeunes.

Presque 10 ans plus tard, lorsque les acteurs et actrices jeunesse en MJC se réunissent à nouveau à Lathus, beaucoup de choses ont changé. Les pratiques numériques et les réseaux sociaux ont pris une importance prépondérante dans la vie des jeunes, une pandémie a fait vaciller les économies mondiales, #Metoo réinterroge les relations entre les hommes et les femmes, plusieurs vagues d’attentats terroristes ont touché le sol français. Les températures ne cessent d’augmenter, obligeant les Etats à transformer leurs économies et les citoyens leurs modes de consommation.

Il y a 10 ans, une autre jeunesse fréquentait les associations de notre réseau et il était temps de faire le point sur la manière dont nous cherchons à répondre aux attentes des jeunes aujourd’hui.

Il y a 10 ans, il était peut-être plus facile d’expliquer le projet des MJC mais aujourd’hui, certain·es animateurs et animatrices souffrent d’un manque de reconnaissance, d’autres déplorent le poids croissant des démarches administratives nécessaires à la mise en place et au développement des actions, d’autres encore mettent en avant la précarisation du métier d’animateur.

Comment s’incarnent aujourd’hui la Marque de Fabrique jeunesse en MJC ?

  • Quelle est la place des animateurs et animatrices au sein du projet de nos associations ?
  • Comment accompagne-t-on les parcours d’engagement des jeunes ? Comment sème-t-on les graines de la participation ?
  • En quoi les pratiques culturelles et sportives constituent-elles des leviers d’émancipation ?

L’objectif de la table-ronde, animée par Magali Verdier est d’illustrer en quoi cette approche spécifique des MJC est propice en direction des jeunes à travers les témoignages de

  • Charli Verne, animateur-chercheur à l’ADMJC 42, qui travaille sur les enjeux de l’accompagnement des jeunes en MJC,
  • Amine Tilikete, DG du Réseau national des Juniors associations,
  • Elisabeth et Margot Merighi, de l’association Euroscope, membre de la Fédération régionale des MJC Méditerranée
  • Paul Schaeffer et Pierre Bersier, coordinateur et animateur jeunesse à la FDMJC d’Alsace

Table ronde 2 : Quels sont les cadres associatifs et institutionnels nécessaires à l’action jeunesse ?

◦  Animation de la table-ronde par Patrick Chenu

L’objectif de cette table-ronde est de réfléchir à la manière dont on peut inscrire sur le long terme les partenariats nécessaires aux actions éducatives et culturelles sur les territoires.

  • En quoi le réseau constitue-t-il un levier précieux ?
  • Quel est le cadre de coopération à construire et à développer entre professionnels, institutions et bénévoles pour assurer une action jeunesse de qualité correspondant aux ambitions de la « Marque de fabrique jeunesse » des MJC ?
  • Quels leviers sont à activer pour revaloriser les métiers de l’animation jeunesse à (et termes de statut, de rémunérations…)
  • Comment mettre en valeur et faire mieux reconnaître la spécificité du projet des associations de notre réseau auprès des pouvoirs publics?

Pour répondre à cet objectif, nous accueillons :

◦  Benoît Coquille, SG du comité de filière animation, chef du bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des politiques éducatives locales au ministère de l’Éducation nationale

◦  Mikaël Fauvel, directeur de la MJC de Montbard, FRMJC BFC, sur le dispositif « Passeurs d’images »

◦  Salah Belhocine , directeur de la MJC Boris Vian à Pontault Combault+ son animatrice / ou Alexandre Mathi, animateur réseau à la FRMJC IDF sur le projet « Momes en scènes »

◦  Marie-Pierre Pernette, Déléguée générale de l’ANACEJ

A propos de MJC de France

 Les Maisons des Jeunes et de la Culture tissent dans l’action, avec les habitants, les collectivités locales et le soutien des institutions, le lien social indispensable au bien vivre ensemble.

Bâties sur des valeurs républicaines, sur les principes de laïcité, de solidarité, de tolérance et de responsabilité, mobilisant les savoir-faire de l’éducation populaire, les MJC intègrent les attentes d’une société en évolution avec pour ambition de répondre aux grands enjeux du XXIème siècle.

MJC de France, c’est un réseau de 1000 associations locales, organisées régionalement, dont les actions bénéficient à près de 4 millions de personnes et qui s’appuie sur 43 000 bénévoles et 17 500 salariés pour coconstruire des projets locaux au service de l’intérêt général.

Nos actualités

Démo’pratiques

Que s’est-il passé le 4 août 1789[1] ? C’est quoi être un citoyen ou une citoyenne ? Comment renforcer la démocratie ? A l’origine de ces questionnements, la Collectivité

Lire la suite »
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Retour en haut
Consentement à l'utilisation de Cookies selon le RGPD avec Real Cookie Banner