Rechercher

Inauguration de la Maison de la Transition écologique et Solidaire à Corbeil-Essonnes

Quel est le meilleur endroit qu’une MJC, lieu d’éducation populaire, pour accueillir une Maison de la Transition écologique et solidaire ?  Depuis le 17 novembre, à Corbeil-Essonnes, la MJC-CS Fernand Léger accueille une Maison de la Transition écologique et solidaire.

A Corbeil-Essonnes, une maison de la transition, née d’une volonté politique affirmée, voit le jour, et cette maison est intégrée, non pas simplement dans le bâti de la MJC, mais bien dans son projet d’éducation populaire.

La MJC de Corbeil-Essonnes est reconnaissable dans tout le centre-ville pour une particularité : l’œuvre réalisée d’après des dessins de Fernand Léger. La MJC est née le 25 février 1962 et est présente sans discontinuité depuis. 

Ce lieu est aussi depuis peu un lieu de la transition écologique. C’est une nouvelle illustration que face à cet enjeu majeur, vital, qu’est l’appropriation de la transition écologique par toutes et tous, il est nécessaire d’unir les forces, de mutualiser les ressources et d’allier les savoir-faire entre associations d’éducation populaire et collectivités.

Débat, café compost, atelier sur les enjeux climatiques, sensibilisation à la biodiversité, pratiques d’éco-geste, ciné débat, spectacle avec Claire Jubin, François Gemenne, l’association ALEC, Flore Vasseur, Vince, la compagnie Corossol ont marqué et initié le premier week-end de la maison de la transition écologique et solidaire, inaugurée le 17 novembre par Bruno Piriou, maire de Corbeil-Essonnes, Jacques Picard, conseiller municipal délégué à la maison de la transition écologique, Patric Chenu, directeur général de MJC de France et Cécile Robert, présidente de la MJC-CS Fernand Léger.

Pourquoi cette maison ?

Une époque dans laquelle, les enjeux planétaires qui touchent à l’avenir de la biodiversité, du climat, de la qualité de l’eau, de l’air, de l’alimentation ont déjà franchi la porte des MJC. En de nombreux endroits, les MJC ont mené des projets concrets sur toutes ces thématiques et se sont saisies de ces enjeux.

Il s’agit aujourd’hui de renforcer ces démarches, car le temps presse.

Le changement climatique, et la transition écologique ne sont pas des opinions. Elles exigent de tous une prise de conscience, et d’agir. Quand cette action est collective elle est efficace, transformatrice. Pour soi, et collectivement. Elle alimente aussi la satisfaction d’agir ensemble, provoque de la joie en se rassemblant et en partageant un objectif commun, et crée de l’enthousiasme en s’appropriant notre avenir, par l’action. La dynamique collective (grâce à l’effet de masse) et l’action concrète (les gestes personnels, et l’action sur les formes organisées de la société) sont les clés de cette mobilisation.

Nous pratiquons au sein des MJC une pédagogie de l’action collective, une pédagogie du faire ensemble : c’est en faisant qu’on découvre un art ou une pratique artistique, c’est en discutant qu’on apprend le débat, c’est en pratiquant qu’on se passionne, c’est en agissant qu’on se transforme.

Cette démarche n’exclut personne, car il n’est nul besoin de connaissances préalables pour se lancer, expérimenter, tester… et découvrir.

Pour la démarche de l’écologie populaire, il en est de même. Nous sommes donc très bien disposés pour agir, concrètement. C’est cette démarche, celle d’une écologie populaire, une écologie du faire, qui ne soit pas l’apanage d’une avant-garde, certes nécessaire, mais qui soit appropriable par toutes et tous que nous souhaitons porter.

C’est également l’engagement de notre réseau en bâtissant une charte des MJC en transition. Il ne s’agit pas de céder à un effet de mode, de « verdir » notre image mais bien de contribuer à créer une dynamique collective et d’entraîner dans le mouvement des MJC, les publics les plus divers qui les fréquentent, qu’ils soient adhérents ou non. Cela passe par une prise de conscience de la situation, et la pédagogie de l’action. La transition écologique touche à de nombreux domaines, tous liés à la vie quotidienne dans les MJC : l’utilisation de l’énergie, les déplacements, l’alimentation, l’aménagement des locaux, la santé, le rapport à la nature, le travail, le spectacle vivant, la culture, les loisirs, la vie sociale…

Le mot de Bruno Piriou, maire de Corbeil-Essonnes

Retour en images

A propos de MJC de France

 Les Maisons des Jeunes et de la Culture tissent dans l’action, avec les habitants, les collectivités locales et le soutien des institutions, le lien social indispensable au bien vivre ensemble.

Bâties sur des valeurs républicaines, sur les principes de laïcité, de solidarité, de tolérance et de responsabilité, mobilisant les savoir-faire de l’éducation populaire, les MJC intègrent les attentes d’une société en évolution avec pour ambition de répondre aux grands enjeux du XXIème siècle.

MJC de France, c’est un réseau de 1000 associations locales, organisées régionalement, dont les actions bénéficient à près de 4 millions de personnes et qui s’appuie sur 43 000 bénévoles et 17 500 salariés pour coconstruire des projets locaux au service de l’intérêt général.

Nos actualités

Démo’pratiques

Que s’est-il passé le 4 août 1789[1] ? C’est quoi être un citoyen ou une citoyenne ? Comment renforcer la démocratie ? A l’origine de ces questionnements, la Collectivité

Lire la suite »
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Retour en haut
Consentement à l'utilisation de Cookies selon le RGPD avec Real Cookie Banner